Auteur/autrice : Chaman

En Guyane française comme dans toutes les forêts «matures», les arbres sont en train de mourir debout…

Je relaie cette info en cette fin de COP 27, qui concerne un territoire évoqué par mon roman, mais là, c’est du sérieux et on ne rigole plus… Lire l’article > sur le site de Joël Jégouzo (Image créée avec l’IA Midjourney).

Bientôt Noël : idée cadeau !

C’est bientôt Noël : pourquoi ne pas offrir de quoi rire toute l’année prochaine (vue la taille du bouquin, 560 p.) avec « Au Lourd délire des lianes » (pour vous faire une idée > ici la 4e et surtout > ici des bonus inédits) et permettre à vos proches d’accéder à de quoi détester ou se…
Lire la suite

Halloween

Les enfants de la communauté guyanaise vaniVani auraient aimé que leurs parents les autorisent à fêter Halloween « comme tout le monde » et surtout comme ils le voient dans les publicités à la télévision. Hélas, chaque fois qu’ils se sont déguisés en monstres les années précédentes pour aller réclamer des friandises à la porte…
Lire la suite

Les voyages en avion

Pour les membres des communautés amérindiennes guyanaises macroqa et vaniVani, il est désormais devenu normal de prendre l’avion. Certes, c’est rarement pour s’adonner au tourisme (trop coûteux), parfois pour le travail (quand on leur propose autre chose que de s’agiter dans des spectacles de cabaret), mais le plus souvent pour certains boursiers afin d’aller suivre…
Lire la suite

Problèmes de connexion : suite

La révolution numérique n’a pas eu de répercussions sur la vie quotidienne qu’en métropole. Pour les communautés et tribus de Guyane, c’est enfin la possibilité de se signaler dans la forêt sans taper comme un crétin de baboune sur les arbres-tambours, c’est cartographier son territoire, marquer les abattis éloignés et les spots de chasse, prendre…
Lire la suite

Le guide s’appelle Francis

Captures d’écrans d’une « story » de « Guyane Tourisme », sur Instagram. Le Guide s’appelle Francis. Ce n’est pourtant pas un prénom courant ; mais ce n’est pas moi. (Non, ce n’est pas le village macroqa ni celui des vaniVani, et on ne met pas de cédille à Francis :-))

En Guyane, l’histoire encore taboue de « l’éducation forcée » d’enfants amérindiens

Ouest-France 3/10/22 Pendant des décennies, des centaines d’enfants amérindiens ont été placés dans des pensionnats religieux. Hélène Ferrarini exhume cette histoire déchirante qui s’est déroulée dans le département français d’Amérique du Sud. > Article ici (abonnés Ouest-France)

Les cours d’escalade

Lorsque les enfants de la communauté macroqa sur les rives de l’Approuague en Guyane souhaitèrent soudain apprendre à grimper aux arbres et à se déplacer à l’aide de lianes et de cordes comme tout bon chasseur, le chaman et le chef coutumier-maire se réjouirent, après tant d’années lors desquelles les jeunes générations s’étaient désintéressées des…
Lire la suite

Les peintures corporelles

il fallut plusieurs campagnes de recherches et d’observation aux anthropologues pour comprendre la signification des nouvelles peintures corporelles de cérémonies affichées depuis peu par les jeunes de la communauté vaniVani installée sur les bords de l’Approuague ; ornements inédits qui se mirent à effectuer une rupture radicale et surprenante avec les motifs traditionnels ,qu’elles ont,…
Lire la suite

Le magicien

Longtemps, on se demanda pourquoi la tribu vaniVani n’avait plus de chaman, ce qui la distinguait étrangement des autres peuples autochtones de Guyane. C’est une enquête d’El Cabo, un journaliste pigiste pour le magazine « Petit Peyi » qui mit fin au mystère en narrant son étonnant parcours. L’article dévoila que l’homme avait quitté la communauté pour…
Lire la suite

Les nouveaux poissons

Pour une fois, il y eut une question posée à l’ordre du jour du Comité Tribal (CoTrib) Municipal vaniVani. La mère de famille Isabelle Morpho-Bleu était en effet intervenue : « Doit-on manger ces nouveaux poissons inconnus apparus depuis que les orpailleurs clandestins déversent du méthylmercure en amont ? » Très remontée, elle précisa : « C’est…
Lire la suite

Les fétiches

[Série de statuettes sans titre : parties de divers animaux morts issus de la forêt guyanaise, goudron, silicone, perles et verroterie de chez le Chinois-Qui-Vend-Tout, métal fondu, pigments, patafix, huile essentielle de cassier, parfum artificiel vanille] Les fétiches créés par Cécile Girafe-À-Pieds-De-Tortue l’artiste plasticienne macroqa engagée dans une recherche personnelle du « new arte povera…
Lire la suite

La question du premier arbre

Le récit fondateur du peuple macroqa narre qu’au Commencement du Début du Tout-Début, Père Agouti et Mère Alouate ont créé le monde, installé leur case au pied de Tàpâpùkitï le premier arbre qui se trouvait dans un coin giboyeux et poissonneux, et y ont placé la voûte céleste, toujours sereine, au-dessus. Il est dit aussi…
Lire la suite

Zoyrbeck

Depuis des années, la vie en Guyane que menait Zoyrbeck, ex-mercenaire d’origine moldavo-tchétchène et aventurier, répondait à ses principes de liberté et d’indépendance et il assumait tous ses actes commis lors des missions criminelles qu’on lui confiait sans états d’âme, car ils étaient somme toute correctement rémunérateurs et exempts de charges sociales. Et lors de…
Lire la suite

Critique du site « Black Libelle » De Lionel Germain

« Au sujet de la tribu Quelque part entre le sérieux éblouissant de « Tristes tropiques » et la monstruosité littéraire de « La Maison des feuilles », le roman de Francis Mizio est d’abord une aventure en soi. » > La suite ici. (Illustration composée avec l’IA Midjourney).

Petit Yolok (2)

Les petits Yoloks, esprits mauvais de la forêt et serviteurs de leur maître terrible, Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Dire-Le-Nom, apparaissent au chaman macroqa lors de ses transes et l’envoûtent pour qu’il porte leur message maléfique auprès de la tribu. Toujours fourbes, teigneux, manipulateurs pervers, leur propos essentiel vise à créer le désordre, le chaos, insuffler l’angoisse, créer des dissensions…
Lire la suite

Alerte erreurs !

Un petit Yolok a frappé page 18 et page 31 (merci Philippe !). : « j’ai relevé deux trucs à te signaler : quand tu parles du costard « indéfroissable » au début, je pense qu’il y a une légère erreur et que tu voulais dire « infroissable » (p.18). Et pour ce qui est des…
Lire la suite

Les danseuses vaniVani

Lorsque le projet du Jungle River Boat (JRB), le bateau-restaurant-cabaret fut lancé par la tribu vaniVani afin d’attirer les touristes sur son rivage de l’Approuague (Guyane), la meneuse des danseuses Odile Grande-Aigrette profita de l’occasion pour exprimer sa créativité à l’occasion de l’élaboration des costumes de la revue d’alakélêlé. Inspirés des tenues indiennes, les robes…
Lire la suite

Jojo Batdaf

Jojo Batdaf, ex-légionnaire tenancier du bar de l’Agar à Régina (Guyane) est un homme très pieux, obnubilé par l’idée d’inculquer des principes de tempérance à sa clientèle, bien qu’il soit titulaire d’une Licence IV. Sa campagne de promotion de son jus de wassaï agrémenté de divers ingrédients dont il garde le secret (offre consistant à…
Lire la suite

Le magasin du Chinois-Qui-Vend-Tout

À son origine, le magasin du Chinois-Qui-Vend-Tout à Régina (Guyane) pensé par un visual merchandiser de la métropole chargé d’accompagner et de former les équipes de vente sur l’identité visuelle, la présentation et la mise en place des produits, « conciliait l’esthétique et l’efficacité commerciale afin d’optimiser les ventes ». Clarté, ergonomie, séduction des linéaires, design, positionnement…
Lire la suite

La Cafetière

Surnommé « la cafetière » à cause de sa carnation et surtout de ses tics et de sa permanente et extrême agitation, le Surinamien réputé pour sa vive intelligence est accusé en Guyane de nombreuses malversations, jamais totalement prouvées : trafic d’êtres humains et d’animaux protégés, prises de touristes en otages, braquages, meurtres, orpaillage clandestin,…
Lire la suite

Un raté

L’initiative de l’institutrice macroqa Mathilde Macareux-Persévérant partait d’une bonne idée, mais hélas celle-ci a tourné court. En demandant aux enfants, dans le cadre des ateliers d’expression plastique, de se déguiser en grenouilles dendrobates venimeuses, il s’agissait en même temps de s’assurer qu’ils ne seraient approchés d’aucun prédateur de la forêt entre leur domicile et le…
Lire la suite

Une créature abominable

Dès leur plus jeune âge, les enfants des tribus macroqa ou vaniVani sont préparés, en étant élevés dans une certaine crainte, à affronter la fragilité de l’existence dans la forêt et ses multiples dangers potentiels au quotidien. Par ailleurs, les parents les menacent, en cas de bêtise, ou par exemple s’ils ne veulent pas finir…
Lire la suite

Communiqué

« À la suite d’un incident technique totalement indépendant de sa volonté, Marion Lombric-Érudit, la responsable du biblio-pirogue-bus ne pourra hélas délivrer cette semaine au village macroqa les ouvrages suivants : « Augmenter son self branding sur Linkedin », « Tik-Tok pour les nuls » ainsi que les commandes groupées des ouvrages de Jacques Salomé et Boris Cyrulnik. Quelques livres…
Lire la suite

Béatrice Rozay, l’assistante sociale

C’est avec les plus grandes difficultés que Béatrice Rozay, l’assistante sociale dépressive qui a en charge les villages des tribus macroqa et vaniVani parvient à exercer ses fonctions. De façon récurrente ses administrés épuisés de ne l’entendre parler de son propre divorce, et eux-mêmes de s’en ressentir psychologiquement atteints, tentent de la perdre dans la…
Lire la suite

Gastronomie

Diverses variations du « Serpentin tourneboulé dans son écrin de verdure », le plat phare de Jean Lagramusa Lézard-Gris, cuisinier du village MonRev sur les rives de l’Approuague : portion de serpent fouet, laitue, fleurs de forêt cueillies quelques minutes avant l’aube. Originalité des ingrédients (il s’agit de s’affranchir des traditionnels plats de pécari ou de poisson…
Lire la suite

Ysé Mante-Malicieuse

La jeune macroqa Ysé Mante-Malicieuse (14 ans) est intarissable, sinon quelque peu saoulante, depuis que ses parents ont accepté de lui acheter un smartphone. À la suite de ses lectures sur internet grâce au wifi tribal du tukusipan Malro-salle-polyvalente-maison-des-associations-pluriactivités, elle considère avec certitude que « l’émancipation des Macroqa viendra des Macroqa eux-mêmes » et que…
Lire la suite

Totems de l’Esprit Futé Toucan Toco

(Dessinés par l’IA Midjourney, comme toutes les illustrations de bonus). Chaque famille macroqa possède à proximité de sa case ou de son carbet un totem de l’Esprit Futé Toucan Toco, entité majeure de la cosmogonie de la tribu et esprit des Origines, présent dès le Début du Tout-Début. Réalisé par le chef de famille le…
Lire la suite

Speed Daddy, le takariste

Speed Daddy, le piroguier dans son nuage de weed qui propose de vous convoyer en toute sécurité. Sa méthode, fameuse parmi tous les takaristes (piroguiers) de l’Approuague et de leurs passagers, consisterait à évaluer la force du courant et celle du vent, ainsi que les directions à emprunter à l’approche des sauts (les rapides) qu’il…
Lire la suite

Une invention du medecine man

Joël Corbeau-À-Bec-Mou, l’autoproclamé médecine man de la tribu macroqa, sensibilisé à la condition des femmes de la tribu qui vont récolter les racines de manioc tandis que les hommes réfléchissent depuis leur hamac à l’avenir de la communauté, a imaginé un outil médical : « le redresseur de tord ». Les différents prototypes servent à…
Lire la suite